17 July 2013

C'est pas la fin

Malgré le fait que le voyage a fini, c’est pas “au revoir” mais “bonjour” à une nouvelle vie- une vie dans laquelle on voit avec de nouveaux yeux.  C’est pas la fin, mais le début- le début d’une journée avec une nouvelle famille et une nouvelle passion pour la France.  Je vivais mon rêve pendant 5 semaines et je suis si triste de partir, mais il faut que je pense aux bonnes choses- les souvenirs et le jour où je reviendrai.  À bientôt, la France!

10 July 2013

"Welcome to Baton Rouge"

"Welcome to Baton Rouge"- c'était la première chose que l'hôtesse de l’air a dit quand nous avons atterri à l'aéroport de Baton Rouge. Je croyais que j'en avais fini de pleurer dans l'avion, mais à ces mots, je pleurais encore.


J'ai trouvé ma valise, j'ai dit au revoir à Kacey, et j'ai été accueilli par ma mère et ma Maw-Maw (ma grand-mère). J'ai encore pleuré lorsque je leur racontais des histoires au sujet sur mon voyage.


Ma famille von Trapp me manque.

Je remercie tout le monde qui est venu à notre dernier dîner à Jean-Chaix. J'ai eu un été incroyable et je n'oublierai jamais cela.


Pour ma famille von Trapp, j'ai deux mots pour vous :
Alabama, Arkansas… 

05 July 2013

Après

Il a été intéressant d'être plongé dans une autre culture pendant les semaines que j'étais à Barcelonnette, mais je ne rentre pas chez moi tout de suite. J'écris ce blog de Barcelone, le frère aîné de Barcelonnette, si vous voulez. Maintenant je suis dans un endroit où je ne parle pas la langue et où je ne connais personne - et franchement je suis complètement à l'aise. Je n'ai pas peur d'essayer de parler espagnol parce que viens de passer cinq semaines en essayant de parler français.
J'ai passé 3 jours à Marseille, un séjour qui m'a beaucoup plu, en sautant des falaises jusque dans l'eau, en explorant des îles et en rencontrant Jean Brager (un prof de français extraordinaire a LSU)! En ce moment j'essaie d'aller jusqu'à Lisbonne en train et de revenir à Paris pour la Fête Nationale française. Le séjour à Barcelonnette m'a réchauffé pour le voyage, après un semestre percutant et maintenant je ne veux pas arrêter. Merci beaucoup pour votre hospitalité, tous ceux qui nous ont aidés pendant le programme et j'espère vous revoir un jour.


04 July 2013

Personnalités

Je trouve que, avec de plus en plus d'expérience en français, je développe une nouvelle personnalité. Il est intéressant de voir les deux côtés qui apparaissent : l'ancien, avec l'objectivité anglo-saxon et le nouveau, avec le zeste et le style subjectif français. Mais il est important de connaître les origines de ces deux modes de penser et les facteurs de leur développement.
D'un côté j'ai les pensées d'un anglophone américain qui me sont venues à l’esprit quand j'avais un tout petit âge. Ces pensées apportent avec eux beaucoup de connotations sur beaucoup de choses et, puisque j'avais autrefois de gros problèmes d'anxiété sociale, leurs traces sont encore présentes. En anglais je me souviens des fois où j'ai été puni, discipliné, corrigé, où j'ai eu des disputes et où j'ai hurlé des insultes et tout ça pendant que je sentais une anxiété dans moi, d'avoir tort ou de ne pas faire la bonne chose. Bien sûr qu'il y avait de bonnes expériences aussi : ma graduation, mes prix dans des compétitions, etcétéra. Mais ce qui est important ici, c'est que j'ai passé la plupart de mes malheurs d'enfance ou au lycée en anglais, alors j'ai une vue du monde un peu plus pessimiste ou réaliste en anglais.
De l'autre côté, j'ai les pensées d'un étudiant de langue française qui n'a jamais eu trop de problèmes dans mes cours de français, qui n'a jamais été ni puni, ni discipliné, ni corrigé (de manière émotionnelle ou personnelle - juste de manière linguistique ou factuelle) en français. J'ai voyagé trois fois pour étudier le français, ceux qui ont été parmi les meilleures expériences de ma vie. Et les professeurs et les francophones ont été si accueillants et si compréhensifs pendant tout ce temps. Je n'ai pas encore eu le temps de vraiment parler à ceux qui m'insulteraient en français et non plus à des gens très désagréable. Alors je n'associe le français qu'avec les bonnes choses et je me sens beaucoup plus à l'aise en m'exprimant contre l'avis de quelqu'un, ou en soutenant l'avis de quelqu'un d'autre.
La meilleure chose d’étudier le français, c'est qu'enfin mes tendances francophones influencent mes tendances anglophones et vice versa et j'arrive à voir mes pensées de différentes directions. Et vraiment, on aurait tellement de mal à trouver quelque chose de plus précieux que le pouvoir de voir ses propres pensées intimement de plusieurs angles et de pouvoir les modifier pour le mieux. C'est pour cette raison, parmi autres, qu'il faut étudier les langues et c'est pour cela que j'aime étudier les langues.


29 June 2013

Il faut

            

            Ce soir j’ai commencé mon dernier blog dans Barcelonnette. Je ne peux pas croire que cinq semaines sont passées. Je ne veux pas retourner, franchement je pourrais rester à Barco pour cinq semaines de plus. C’était l’expérience de ma vie. Les étudiants avec moi sont incroyables et les profs sont fantastiques. Pendant le voyage, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai beaucoup de souvenirs. J’ai fait une grande connaissance de la culture de France et de la langue française. Pendant le voyage il y avait une blague entre moi et les autres. Je connaissais certaines phrases quand je suis arrivée en France. Et j’ai utilisé ces phrases beaucoup. Pendant le programme, j’ai appris d’autres phrases et j’utilisais ces phrases beaucoup. Maintenant, c’est une blague avec les autres et moi. Au début du voyage, ma phrase préférée était « c’est vrai ». J’ai trop dit cette phrase. C’était une blague pour tout le monde après la première semaine. Toujours la réponse était « oui, c’est vrai. » 

            Chaque fois que j’ai appris une autre phrase, je m’en suis beaucoup servi. La première phrase que j’ai apprise en France était « bah ouais, c’est ca. » J’ai compris que les français aiment beaucoup cette phrase et après ca, c’était une autre phrase populaire chez moi. Aussi, j’ai remarqué les mains des Français quand quelqu’un dit une blague ou quelque chose de drôle. Après j’ai appris le geste pour une blague, j’ai utilisé le même geste quand une chose était drôle. La dernière phrase que j’ai apprise : « Il faut ». Un jour au Bouticycle, j’ai dit « c’est nécessaire » et Julienne m’a dit que le phrase était « il faut ». Apres ca, tout était « il faut ». Cette phrase est populaire avec tout le monde pas juste moi.

            Aussi, il y a les phrases populaires avec le groupe en général. Le phrase plus populaire du groupe est « le Français, c’est facile ! » Chaque fois que quelqu’un pose une question de vocabulaire la réponse est évidente ou le même en anglais on utilise cette phrase. Aussi, les mots « fatigué » et « impossible » n’existent pas dans notre vocabulaire. Chaque fois avant qu’on parte dans la voiture Dubie disait « Tout le monde est là ? On y va ! »


            Nos phrases populaires sont drôles et une blague pour nous. Mais, je crois que les phrases sont plus importantes que les blagues. Nous sommes une famille et il y a beaucoup des souvenirs. 

La Famille Von Trapp

           

            Depuis je suis arrivée à Barcelonnette, tous les autres étudiants sont devenus une nouvelle famille pour moi.  Il y a seulement six étudiants et tous les étudiants sont différents et intéressants. Aussi, nos profs, Dubie et Mama O, sont passionnants et travailleurs. Il n’y a pas beaucoup de temps libre sur le voyage. Dubie aime la phrase, « ce n’est pas des vacances, c’est académique ». Il y a beaucoup d’activités dans la vallée d’Ubaye et d’autres villes ou villages en France. Alors, on passe beaucoup de notre temps ensemble dans le minibus. Je pense que le minibus fait partie de notre famille. Les voyages sont très longs de temps en temps. Alors, il y a beaucoup de musique pour notre divertissement. Emily a fait un CD avant le voyage et c’est très bon. Mais, merci à Josh d’avoir porté un câble qui nous permet d’utiliser l’iPod.
            Je crois que la musique peut rassembler les gens. Pendant ce voyage, la musique l’a fait. Une chanson, populaire avec Dubie, est « Home » pas Edward Sharpe. Il adore cette chanson. Et après le voyage, tous le monde connaitra les paroles de « Home ». Parce que nous avons écouté la chanson plusieurs fois. Mais, Dubie aime la chanson alors tous le monde aime la chanson (parfois . . .). Nous avons décidé du nom « La famille Von Trapp ». Les Alpes français et les Alpes suisses sont similaire, n’est-ce pas ? Les Alpes, une grande famille et les chansons sont les raisons pour le nouveau nom. La première nuit que nous avons chanté était après la fête de la musique à la ville de Saint-Paul. Les étudiants du programme de LSU à Paris était avec nous et nous nous sommes rendu compte de notre chance de faire partie les personnes de ce programme. Après la fête, on a chanté pour tout le voyage à Jean Chaix. « Home » était joué probablement six fois.

            D’autres chansons populaires dans la minibus sont « Brandy », toutes les chansons des films de Disney, « Hooked on a Feeling », « Treasure » par Bruno Mars (Emily et moi, on aime cette chanson beaucoup et toutes les filles se réveillent à cette chanson chaque matin.), « Kung Fu Fighting », toutes les chansons de Blink 182 et des ‘80s. Le voyage à Nice était plus amusant avec l’iPod d’Emily.


            Aujourd’hui on a fait une randonnée avec un botaniste pour regarder des fleurs. J’ai marché avec Emily et Tara et j’ai posé le question : « De temps en temps, est-ce que vous pensez : quelle chanson est parfaite pour ma vie maintenant ? » Quand je réfléchis à ce voyage je sais que je vais me souvenir des moments avec la musique et quelle chanson était joué avec chaque aventure.

27 June 2013

Le Ciel



             Je pense que depuis toujours j’aimais le ciel et les hauts lieux.  Quand j’étais petite je voulais être astronaute, avant l’université je voulais être ingénieur aéronautique et j’ai obtenu mon brevet de pilote.  Finalement, maintenant j’étudie l’astronomie et je veux être prof de la physique et faire des recherches sur l’astronomie (mais, si quelqu’un m’offrait un occasion d’être astronaute je le ferais).
            Bâton Rouge se situe à une altitude moyenne de 17m (La Nouvelle Orléans se situe à -2m !) et Barcelonnette est de 1,115-2680m.  Il existe une grande différence entre les deux.  À Bâton Rouge il n’y a pas de montagnes et l’été à Barcelonnette est un peu comme l’hiver à Bâton Rouge donc l’été à Bâton Rouge est presque l'Enfer.  J’aime beaucoup les montagnes. Cet été est peut-être la troisième fois que je vois la montagne dans ma vie et chaque fois que je regarde par la fenêtre je suis heureuse d’être ici.  L’air est un peu plus sec ici mais l’air à Bâton Rouge est un peu comme l’eau chaud.

            Littéralement je suis dans un nouveau lieu plus élevé avec un climat plus agréable que chez moi, mais aussi métaphoriquement tout ici à un l’air plus léger que chez moi.  Nous sommes dans une petite ville où tout le monde ici nous aime.  Personne ici n’est un étranger.  Il ne sent pas comme la réalité ici.  À Bâton Rouge il y a toujours quelque chose qu’on doit faire ou les gens avec qui on ne veut pas parler, mais ici tous les problèmes de chez moi sont perdus !  C’est fantastique d’être loin de Bâton Rouge et au-dessus de problèmes et mes obligations là.
            Depuis récemment je travaillais à l’aérodrome pour mon stage et je l’aime beaucoup !  J’ai obtenu mon brevet de pilote il y a 4 ans donc j’ai oublié beaucoup de choses, mais j’aime toujours les avions.  Je pense que tout le monde qui travail à un petit aéroport est un peu similaire parce que les gens ici sont exactement le même que les gens à Gonzales en Louisiane.  Ils sont très gentils, un peu fous, est passionnants.  J’aime l’aérodrome parce que il y a beaucoup de choses à apprendre et tout est intéressant.  Nous avons assisté à un cours pour les élèves pilotes et nous avons appris des choses par exemple comment faire les atterrissages et les décollages de planeurs et comment rechercher la météo. Nous avons pu aider avec des décollages avec des planeurs.  J’aime beaucoup être avec les gens qui aiment beaucoup leur travail et qui aiment beaucoup de m’enseigner. 
             Hier j’ai volé dans un planeur pour ma première fois ! C’était la chose la plus extraordinaire que j’ai faite en France.  J’étais dans l’air pendant 2 heures et le pilot et moi avons volé jusqu’à 3,000m. Nous avons survolé le Pain de Sucre et le Chapeau de Gendarme (les montagnes qu’on peut voir de Jean Chaix).  Un planeur est très différente d’un avion. Il n’y pas de moteur et c’est un peu comme voler sur un avion en papier. Mais c’était vraiment incroyable parce qu’on survole les montages, c’est possible de voir les Alpes d’une façon très différente.  Quand on voit les montagnes à pied c’est impossible de voir le taille réelle, mais dans un avion on peut voir les nuages, la terre, toute la ville de Barcelonnette, et on peut comparer les choses aux montagnes.  Je pense que je pourrais passer chaque jour dans un avion dans une ville diffèrent.  C’est une façon de voir le monde d’une manière totalement différente.
            Hier soir les étudiants de « LSU in Paris » sont venus à Barcelonnette.  Ils étaient vraiment étonné que nous ne sortons pas chaque nuit parce que nous sommes fatigués après chaque jour ici. Franchement, après avoir parlé avec les autres étudiants j’étais très contente d’avoir choisi ce programme et non celui de Paris.  Mais, c’était la première fois nous sommes sortis au centre ville la nuit.  Après ça, Kiki, Josh, et moi sommes revenus à Jean Chaix et nous avons remarqué le ciel.  Ici la ville est très petite et il n’y a pas beaucoup de pollution lumineuse et les étoiles sont vraiment magnifiques.  Nous nous sommes assis dans l’herbe à côté de Jean Chaix et nous avons regardé les étioles et je me sentais vraiment contente d’être à Barcelonnette.